Published On: Wed, Mar 13th, 2013

12-Mars – Ramgoolam : « L’avenir du pays passe avant tout intérêt partisan »



GD Star Rating
loading...

21f40ed1194d2530d0d2962d92a33f2b XL 300x169 12 Mars   Ramgoolam : « L’avenir du pays passe avant tout intérêt partisan »

(Defimedia.info) Dans son discours à la Nation, à l’occasion du 12-Mars, le Premier ministre met l’Opposition sur le banc des critiques. Et s’« engage » à réformer le système électoral et compte sur le soutien de la population pour y parvenir.

Le progrès accompli par Maurice en 45 ans est indéniable et tient du miracle. Un miracle obtenu à force de dur labeur. Pour poursuivre la voie du progrès, un changement de mentalité s’impose. C’est le message qu’a voulu passer le Premier ministre Navin Ramgoolam à la Nation, mardi 12 mars, diffusé à la télévision nationale.

« L’avenir du pays doit passer avant tout intérêt partisan. On ne peut rester en permanence en campagne électorale, parce qu’on a perdu les élections. » La pique est dirigée vers l’Opposition. Moins vers le Mouvement socialiste militant (MSM), qui a rempoté les législatives de 2010, en alliance avec le PTr et le PMSD, avant de quitter le pouvoir, que vers le MMM qui a perdu avec 44 % des voix en 2010.

Selon Navin Ramgoolam, « Maurice baigne dans la satisfaction, à quelques exceptions près. Seule une minorité fait du tapage. La majorité des Mauriciens, la grande majorité, est silencieuse et apprécie ce que nous accomplissons ». Pour donner du poids à son argument, il cite un sondage paru le 18 février, « qui dit que 70 % des Mauriciens sont satisfaits de leurs conditions de vie ».

Avant de revenir au passé. « Imaginez ce que ce sondage aurait donné en 1968, alors que nous venions d’obtenir l’Indépendance. » À cette époque, selon Ramgoolam, le chômage touchait « 40 % de la population ». Les chômeurs étaient « sans espoir » en un avenir meilleur. « L’éducation était réservée à une poignée de privilégiés. Le pays était divisé et une partie de la population a émigré. »

Ramgoolam rappelle que « certains experts étrangers » avaient prédit la décadence de cette nouvelle nation, en se basant sur le fait que l’économie dépendait uniquement « de l’exportation de sucre et de l’arack ». À cela, il fallait combiner un tissu social fragile de citoyens issus de diverses cultures.

« C’est pourquoi nous disons que nous avons accompli un miracle. Quand le monde nous regarde, il évoque non seulement le miracle économique mais aussi le miracle de la coexistence pacifique. Des pays qui ont fait aussi bien, il n’y en a pas beaucoup ». Certes, des problèmes, il y en a, mais « nous savons comment régler nos différences ».

Tout cela, poursuit Navin Ramgoolam, ne doit pas nous inciter à nous reposer sur nos lauriers : « Personne ne nous doit rien. Il ne faut rien prendre pour acquis. À tous ceux qui critiquent sans cesse, je leur dis de prendre conscience d’où nous sommes sortis et où nous sommes arrivés. Au lieu de rester négatifs, pensez à construire notre pays. »

La réforme électorale est un point important du discours du Premier ministre. Le système actuel a bien servi, mais il a fait son temps. Il est en déphasage avec la réalité actuelle du pays, estime Navin Ramgoolam qui « prend l’engagement » de réformer le système. Tout cela, dit-il, doit se faire dans le dialogue et un large consensus et non pas « entre deux leaders politiques qui discutent ». Référence faite à l’épisode « koz koze » entre Paul Bérenger et lui-même.

Et Navin Ramgoolam de « regretter que certains ne voient qu’un moyen d’obtenir davantage de sièges aux élections ». Autre critique adressée à l’Opposition. Le Premier ministre lui reproche de n’avoir pas effectué de réforme électorale « alors qu’elle disposait de la majorité requise en 1982, 1991 et 2000 ».

Le Premier ministre promet un livre blanc où toutes les options possibles seront « bien expliquées » pour ouvrir les débats : « Après cette étape, qui n’a pas besoin d’être longue, le gouvernement proposera un projet de loi et espère trouver un consensus pour aller de l’avant [avec la réforme électorale] ».

Source: Defimedia.info - http://www.defimedia.info/live-news/item/28298-12-mars-ramgoolam-l-avenir-du-pays-passe-avant-tout-interet-partisan.html

GD Star Rating
loading...

Comment Below