L’espoir présidentiel malgache poursuit en justice pour conduite d’un scrutin

0
93

L’espoir présidentiel Marc Ravalomanana a déposé plus de 50 plaintes auprès de la plus haute cour du pays à propos de la conduite des scrutins présidentiels afin de “corriger les irrégularités”, ont indiqué mardi des sources proches de sa campagne. Ni Ravalomanana, ni son rival, Andry Rajoelina, n’ont remporté les 50% de suffrages nécessaires à la victoire au premier tour après les élections du 7 novembre, selon les résultats publiés samedi. Le second tour est prévu pour le 19 décembre. “Nous ne cherchons pas à remporter le premier tour de scrutin, mais simplement à corriger les irrégularités dans les résultats”, a déclaré un membre de l’équipe juridique de Ravalomanana qui a requis l’anonymat. Plus de 50 plaintes concernant le vote, le dépouillement et le dépouillement ont été soumises à la Haute Cour constitutionnelle du pays insulaire de l’océan Indien. Rajoelina était à 39,19% et Ravalomanana à 35,29%, selon les résultats officiels du premier tour. Hery Rajaonarimampianina, qui cherche à conserver le pouvoir, n’a obtenu que 8,84% des voix. Le taux de participation était de 54,3%. Les trois principaux candidats, sur un total de 36, ont allégué des fraudes et des fautes professionnelles de la part des autorités électorales, et le résultat fait maintenant l’objet d’une bataille judiciaire. Les observateurs des pays de l’Union africaine, de l’Union européenne et de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) ont tous déclaré que le sondage avait été mené de manière juste et en grande partie sans incident. Lundi, Rajoelina a accusé les responsables des élections de “manipulation” après que les résultats lui aient montré qu’il ne disposait pas de la majorité absolue nécessaire pour éviter un second tour. Il a indiqué qu’il s’adresserait également aux tribunaux pour contester les résultats. La commission électorale a publié une déclaration de 500 mots en réponse aux allégations de Rajoelina, affirmant qu’elle avait “garanti la transparence du système électoral à tout moment”. Selon les données de la Banque mondiale, Madagascar est l’un des pays les plus pauvres du monde, avec près de quatre personnes sur cinq vivant dans une pauvreté extrême. Il a également une longue histoire d’instabilité politique et de coups d’Etat.