Un tribunal des Seychelles détient 8 Iraniens arrêtés à bord d’un boutre pour des accusations liées à la drogue

0
43

Le tribunal de première instance des Seychelles a renvoyé lundi jusqu’au 28 novembre huit Iraniens arrêtés pour des accusations liées à la drogue la semaine dernière. Le navire iranien – un boutre – a été intercepté dans les eaux des Seychelles par le Bureau de la lutte contre les stupéfiants (ANB) et les garde-côtes des Seychelles jeudi 22 novembre, a annoncé ANB dans un communiqué dimanche. Cinq cents grammes de résine de cannabis et 2,5 g d’héroïne ont été saisis à bord. Lundi, seuls huit Iraniens sur dix ont comparu devant le tribunal, ainsi que deux Seychellois arrêtés samedi dernier en lien avec cette affaire. Clifford Andre, l’avocat des suspects iraniens, a déclaré que «seuls huit iraniens ont pu comparaître devant le tribunal, deux ont été admis à l’hôpital après avoir été sévèrement battus par des agents qui ont procédé à la fouille du bateau. »Andre, qui faisait pression sur le tribunal pour libérer les Iraniens sous caution, a déclaré que les 2,5 g d’héroïne avaient été trouvés sur un seul suspect pour sa propre consommation et qu’il n’y avait aucune raison de les renvoyer en détention pour le même motif. L’avocat représentant les deux Seychellois, Nicole Gabriel, a déclaré qu’il n’y avait aucune raison de renvoyer les deux Seychellois en détention provisoire. «C’est parce que les deux Seychellois ont été traduits devant le tribunal sur la base d’un complot et que rien n’a été avancé jusqu’à présent pour justifier le lien entre les Iraniens et les Seychellois, qui ont été retrouvés à proximité dans leur propre bateau lors de l’opération. par ANB », a déclaré Gabriel. Ce n’est pas la première fois qu’un ressortissant iranien est arrêté dans les eaux des Seychelles pour des affaires liées à la drogue. En janvier, la Cour suprême des Seychelles a condamné deux ressortissants iraniens à la prison à vie pour avoir importé de l’héroïne et de l’opium. Les deux condamnés – Emam Bakhsh Tarani et Hattam Mothashimina – ont tous deux été reconnus coupables de quatre infractions en vertu de la loi sur l’abus de drogues. Des Iraniens et neuf autres membres d’équipage ont été arrêtés à bord d’un boutre, un type de voilier commun aux États arabes du Golfe, à la mi-avril 2016, à la suite d’une opération conjointe des garde-côtes des Seychelles et de l’ancienne Agence nationale de lutte antidrogue (NDEA). ). Les autres membres de l’équipage ont été déclarés non coupables et libérés par le tribunal fin 2016. Les huit Iraniens ont été rapatriés dans leur pays en juin de l’année dernière.