Ebène : les marchands ambulants opèrent toujours en situation illégale

0
168
Cyber Cité d’Ebène

Le conseil d’administration de Landscope Mauritius se réunira, jeudi, pour discuter de la réalisation du Foodcourt qui abritera les marchands qui opèrent à Ébène. La mairie de Quatre-Bornes déclare que seuls ceux qui respecteront les conditions seront autorisés à y opérer.

Si Landscope Mauritius a relogé une cinquantaine de marchands ambulants, sur un terrain de 50 perches se trouvant à proximité des locaux d’Emtel,  à la Cybercité depuis quelques semaines, il ressort que ces derniers opèrent toujours en situation illégale. Ils n’ont pas encore obtenu le permis nécessaire de la mairie Quatre-Bornes. Ils entament également des démarches pour créer une association afin d’éviter que des resquilleurs viennent ensuite s’y installer. Ils y vendent des  produits de consommation.

La mairesse Soolekha Raddhoa avance que « le relogement des marchands ambulants est une affaire qui concerne uniquement Landscope Mauritius ». Cela, malgré le fait que les commerçants opèrent toujours sans permis. « La mairie de Quatre-Bornes entrera en jeu lorsque la demande pour la réalisation de la structure visant à abriter les commerçants sera formulée par Landscope Mauritius. La Local Government Act est notre bible et au niveau de la mairie, nous nous alignerons sur ce que dit la loi. Les demandes des commerçants seront analysées par les différents services de la mairie. Tout sera fait conformément à la loi », explique Soolekha Raddhoa.

Naila Hanoomanjee, CEO de Landscope Mauritius, dit être  en contact régulier avec la mairesse de Quatre-Bornes concernant le dossier des marchands ambulants d’Ébène. Elle ajoute que « la mairie ne peut octroyer de permis d’opération sans un ‘Lease Agreement’ ». « Les marchands ambulants ont été sommés de vider les lieux en raison des embouteillages causés par leur présence. Ils ont été relogés sur une base humanitaire et surtout vu que les fêtes de fin d’année arrivent à grands pas. Tout doit être fait conformément aux procédures de la mairie », dit-elle