Cruauté envers les animaux: «La Cour donne un signal fort», affirme le DPP

0
13


 

Parmi les cas de maltraitance animale récemment recensés, celui de Dodo, que deux hommes ont tenté de brûler vif en décembre dernier.

 

L’Animal Welfare Act n’est pas une loi à prendre à la légère. C’est ce que fait comprendre le Directeur des poursuites publiques, Me Satyajit Boolell, SC, dans la newsletter de son bureau pour le mois de janvier 2019. Petite nouveauté : désormais, un avocat du bureau du DPP expliquera, en vidéo, un jugement de n’importe quelle cour de justice et les implications. 

Pour cette première, le DPP a choisi un jugement en appel qui est tombé le 14 janvier dernier. L’affaire, qui s’était passée à Rodrigues, remonte à quelques années. Deux hommes soupçonnaient un berger allemand d’avoir attaqué leurs cabris. Ils avaient battu le chien avant de l’enchaîner à une moto et le traîner sur 75 mètres. Par la suite, ils l’ont jeté à la mer. Le propriétaire avait porté plainte.

Le magistrat avait jugé l’acte des deux hommes comme trop grave pour une simple amende. En plus des Rs 15 000 qu’ils ont dû payer, ils ont été condamnés à trois mois de prison. Ils avaient fait appel, arguant que l’emprisonnement est trop sévère pour le délit. La Cour suprême a maintenu le jugement, affirmant qu’ils avaient commis un acte de barbarie. «Le message est clair. Nou bizin respekté bann provizion dan Animal Welfare Act. La Cour pé donn enn sinial for ki fodé pa éna okenn forme de cruauté anver bann zanimo», conclut Me Satyajit Boolell.

Le DPP a choisi de parler de ce jugement car ces derniers temps, les ONG n’ont cessé de tirer la sonnette d’alarme sur la cruauté envers les animaux. Le 30 décembre 2018, deux individus avaient essayé de brûler vif un chien. Cette année, un chien avait été retrouvé mort avec une seringue à la patte




Source link

Lexpress